Quelles différences entre un expert-comptable et un commissaire aux comptes ?

etienne-pagny

Le commissaire aux comptes (CAC) est un expert-comptable ayant validé un stage de deux ou trois ans (selon leur formation initiale) auprès d’un commissaire aux comptes habilité. C’est donc un expert-comptable avec une mission différente.

Un expert-comptable peut, par exemple, aider un entrepreneur ou un responsable d’association à rédiger des statuts, des contrats d’embauche ou bien encore attester les comptes annuels de leur société. Mais seul le commissaire aux comptes (CAC) peut certifier ces derniers, grâce à la réalisation d’un audit légal. Une étape importante puisqu’elle a une valeur officielle. Pourtant, il y peu de différences entre un expert-comptable ou un commissaire aux comptes. En effet, pour devenir CAC, un expert-comptable doit valider un stage de deux ans auprès d’un commissaire aux comptes habilité. Si bien qu’un CAC est aussi un expert-comptable. L’expert-comptable diplômé peut ensuite s’inscrire auprès de la cour d’appel de sa région pour exercer l’activité de CAC. Et alors qu’un expert-comptable dépend du ministère de l’économie, un CAC dépend du ministère de la justice.

Des missions différentes

Pourtant, au quotidien, leurs missions sont très différentes. Selon les besoins des entrepreneurs, l’expert-comptable peut l’accompagner pas à pas dans ses démarches et tout au long de la vie de sa société. De sa création à sa transmission. Le CAC, lui intervient ponctuellement, afin de vérifier le travail de l’expert-comptable et ainsi attester de la bonne tenue des comptes d’une entreprise ou d’une association. Dans certains cas, il est même impératif de faire appel aux services d’un CAC.

Dans le cas d’une entreprise, sa nomination devient obligatoire dès lors que deux des trois seuils suivants sont franchis : quand le bilan total (somme de tous les actifs dans un bilan comptable) atteint 4 000 000 € ; quand le chiffre d’affaires hors taxes est de 8 000 000 € et plus ; à partir de 50 salariés.

Pour les associations d’autres critères sont pris en compte. Par exemple, elle doit nommer au moins un CAC si elle reçoit au moins 153 000 € des subventions publiques (sauf subvention européenne). Il en va de même si elle bénéficie de dons dont le montant annuel dépasse 153 000 € et ouvrant droit aux donateurs à une réduction de l’impôt sur le revenu ou de l’impôt sur les sociétés, mais aussi si ses ressources financières dépassent 200 000 € et rémunèrent de un à trois dirigeants, etc.

Mais, même en l’absence d’une contrainte imposant la certification des comptes annuels par un CAC, il peut être intéressant de le faire, car son avis peut se révéler précieux pour l’entreprise ou l’association et sa direction. La certification des comptes représente un véritable gage de confiance pour les partenaires, les clients et les investisseurs des entreprises. Ils savent ainsi comment se porte une société ou une association.

Comment le cabinet Pagny Associés en Seine-et-Marne (77) peut-il vous aider ?

Au sein du cabinet Pagny Associés, vous pourrez être accompagné dans vos différentes démarches par un expert-comptable, mais également demander à l’un de ses CAC de certifier vos comptes annuels. En effet, parmi les 120 collaborateurs répartis dans nos 7 cabinets à Meaux, Lagny-sur-Marne, Serris, Chelles, Champs-sur-Marne, Gretz-Armainvilliers, Coulommiers, le cabinet compte des commissaires aux comptes. De quoi vous permettre de vous concentrer sur l’essentiel : votre entreprise. Pour prendre rendez-vous, cliquez sur ce lien !

Nos dernières actualités

Fiscal
10.08.2022

TVA sur les frais : déductions, crédit de TVA

Pour bénéficier de la déduction de la TVA sur les frais de fonctionnement, l'entreprise doit remplir certaines conditions et si celle-ci s’avère supérieure à la TVA due à l'É...

Lire la suite